Port Couvreux (POC)

Posted in Manips on 07/10/2011 by kerguelen2011jerome

Le chaland est revenu! Vive le chaland! A nouveau, les îles nous sont ouvertes! Et pour bien en profiter, je pars avec Christophe (Popchat) et Matthieu (info) à Port-Couvreux (communément appelé POC). Situé sur une presqu’île au Nord-Ouest de la péninsule Courbet, cette cabane est l’une des plus vieilles de l’île. Elle a été l’abri dès 1913 de 3 familles de gendarmes du Havre, venu à Kerguelen pour élever des moutons (le Larzac devait être plein à l’époque peut-être…). La bâtisse a été restaurée et est maintenant classée au patrimoine culturel de l’archipel.

Mais commençons par le commencement, ce 9 septembre, où mon premier nouveau départ en chaland peut enfin avoir lieu : direction St-Malo, pour rallier POC en 2 jours de transits. Premier jour : St-Malo -> Gazelle, sous une météo clémente

Cabane de Gazelle

Vue depuis Gazelle

Autre histoire (que j’apprends au fur et à mesure de mes lectures sur place!), Gazelle a servi de refuge aux frères Rallier du Baty en 1908, lors de leur périple de France à l’archipel sur un petit bateau de 20m de long!

2nd jour : Gazelle -> POC, météo toujours correcte! Le passage de l’isthme pour atteindre la presqu’île est magnifique!

Cascade de l'Isthme du Beau Temps

Belle vue, une parmi tant d'autres !

Nous arrivons donc finalement proche de la cabane, dans un cadre digne d’un club de vacances! Proche, une cuve et divers appareils permettant d’extraire la graisse des manchots et éléphants à l’époque où c’était le principal attrait de Kerguelen!

Cabane de Port Couvreux

Au programme du Popchat : routine habituelle, pose de cages, relevé quotidien, capture de chats et de lapins, comptage et marquage… Notre participation se cantonne au relevé quotidie. Pour ma part, à plus de 10m, un chat, un lapin, un renne ou un skua, je distingue pas! Note amusante, les cages sont faites pour se refermer dès qu’un chat rentre dedans, mais nous avons réussi à avoir deux chats dans la même cage, ce qui est très inhabituel!

Cascade près de la cabane

Petite plage proche (mais pas pour se baigner!)

Durant l’hiver, la plupart des éléphants de mer adultes avaient quitté l’archipel, pour aller se nourrir, loin, très loin, certains même jusqu’en Antarctique, leur retour est donc similaire à celui de l’hirondelle pour la métropole !

Les élephs reviennent !

Pour ce qui est des hirondelles de l’hémisphère Sud, les voilà, elles aussi de retour!

Les sternes aussi !

Qui dit retour du printemps, dit aussi retour du bon temps! Et ben non, peu après notre arrivée, l’hiver se rappelle à notre souvenir, il accroche désespéremment ses griffes à l’archipel!

POC sous la neige

Nous profitons quand même d’une journée moins pire que les autres pour grimper sur le Mont de la Vigie, où une vue spectaculaire s’offre au Nord, sur le golfe des Baleiniers, qui devait grouiller de vie il y a 100 ans !

Vue depuis le Mont de la Vigie

Stalagmites végétaux

Les jours à POC se suivent et ne se ressemblent pas, les différences sont hallucinantes!

POC un jour !

POC l'autre jour !

Niveau pluviométrie, ce qui n’était qu’un mince filet d’eau tourbeuse cet été est maintenant une cascade très pratique pour faire la vaisselle!

Cascade de la cabane

La même cascade, un peu plus haut

Mais déjà le 23 septembre arrive, et avec lui notre retour, sous une météo de moins en moins amicale, nous décidons donc de partir tôt, finalement tellement tôt que nous aurons le temps de faire POC -> St Malo en une journée! Au passage par Gazelle, un troupeau de renne paît paisiblement auprès de la cabane.

Retour à Gazelle, changée

Rennes à Gazelle

Petit retour, sur les frères Rallier du Baty, et sur une de leurs escales à l’Anse Sablonneuse, pour y chercher du charbon. Une éclaircie nous permet de nous arrêter un peu près de cette anse, pour y chercher rapidemment leur possible filon!

L'Anse Sablonneuse

Ahah, louche non ?

Au niveau de nos connaissances géologiques, nous supposerons que si c’est noir, c’est du charbon! Facile la géologie, non ? Une autre surprise nous attend arrivé à St Malo, un affaissement de terrain! Et dire que nous avions posé notre pied là dessus, il y a à peine deux semaines! (Oui, écris comme ça, ça fait vraiment pas aventure, mais bon, c’est ce qui s’en rapproche le plus!)

Affaissement de terrain

Publicités

LE léopard de mer !

Posted in Manips on 28/09/2011 by kerguelen2011jerome

Forcément, il me fallait oublier quelques photos dans un coin! Et je n’ai pas oublié les moins sensationnels, comme par hasard!

Lors du Tour Courbet dernier, lors du trajet sur la côte Est, nous étions à la recherche de la potentielle présence éventuelle qu’au cas où, dans le doute le plus complet, qu’un … non, que LE léopard de mer soit présent ! Il est assez rare de pouvoir en voir sur Kerguelen, même si toutes les années, plusieurs personnes en voient!

Voici donc, pas en exclu, mais quand même en photos, LE léopard de mer :

Léopard de mer

Léopard de mer

Léopard de mer

Bon et la dernière, vu que je l’ai déjà uploadé, autant en profiter pour la mettre ! Alors, où suis-je ?

Photo de manip!

Tour Courbet Ecobio

Posted in Manips on 08/09/2011 by kerguelen2011jerome

Dernière manip de l’hiver, pour clôturer ce chapitre Août, c’est parti pour un Tour Courbet (comme en mars) mais cette fois-ci dans l’autre sens (pourquoi se priver ?). Je pars avec Xavier (géner), Françoise et Marine (Ecobiotes), le but étant de faire l’inventaire des cabanes, et aider à la prospection des rennes! Nous partons donc, sous un soleil radieux (comme souvent pendant l’hiver) et avec une douce couverture de neige au sol (idem). Pour les longues soirées d’hiver pas au coin du feu, j’emmène un pavé à lire.

Pour la première étape, nous visons Cataractes, plein Nord de la base, à travers quelques lacs et quelques buttes caillouteuses, jusqu’à arriver à un lac … ou une souille… ou un lac … ?? Bon, premier pas, tout va bien, second pas, tout va vers le bas! Ben, voilà, c’était pas une souille … Avec l’aide de mes compagnons, je ressors donc de ce piège fourbe tendu par la Nature pour attraper les cons…centrés sur autre chose que le terrain 🙂

Hélas, une victime sera à déplorer, mon appareil photo, grièvement noyé, qui profitera du reste de la manip, bien au chaud dans un sac à dos (mais pas le mien!). Spoiler : de retour sur base, le poulsde l’APN est reparti, ouf ! Comme de bien entendu, c’eest ensuite que je vois mon premier renne de cette manip, mais pas d’appareils, pas de preuves, donc vous avez plus qu’à me croire sur parole ! Au passage, merci aux filles pour leurs photos, aucune n’est de moi!

Champ de cailloux et neige

Arrivé à Cataractes, le temps de déballer nos sacs de couchages (et de mettre mes affaires à sécher) que Xavier a déjà fini l’inventaire de la cabane! Et de une! La nuit est bonne, mon pavé est attaqué et le trajet reprend le lendemain, direction Cap Cotter!

Côte entre Cataractes et Cotter

Sur la route (la côte), de nombreux bois flottés échoués, des bouées, divers morceaux de bateaux et un sous-marin belge marqué « Portes Ouvertes aujourd’hui! » (ah, pas d’appareil, vous êtes forcé de me croire !)

Bois échoué

Le trajet est plat, très plat, avec pour seul relief, le mont Campbell, perdu seul au milieu de la platitude!

Les "reliefs" de la Péninsule

Le Mont Campbell, au loin

Le Campbell, plus près, et avec un bonus

Des autochtones, bien installés, le regard fier, le buste droit, regardent passer une bande de quatres hurluberlus, avec eux aussi un duvet sur le dos! L’un deux nous dira même bonjour et viendra me serrer la main (toujours pas de photo, donc me croire est l’unique solution!)

Poussin albatros

Poussin albatros, oui, le même

Arrivé à Cap Cotter, l’inventaire était à jour, donc tout se passe tranquillement, tout le monde bouquine, un café ou un thé à la main, mon pavé prend une claque et la nuit se passe… Demain, direction Cap Noir, avec une petite tempête de neige qui durera au moins, pfiou, 5 minutes !

Manchots papous curieux

Otarie face à la mer

Cabane de Cap Noir

A Cap Noir, l’inventaire est tout à refaire, nous y passerons donc deux nuits, l’occasion de trier tout correctement, de goûter de la cuisine locale (simpe et efficace, pâtes!), un mawashi-geri à mon pavé, et la journée du lendemain, après finalisation de l’inventaire, sera dédié à la ballade le long de la côte, où des cormorans ont fait leurs nids!

Cormorans en parade

Photo finish d'une partie de plan de pêche!

Cormoran qui fait le beau

Encore le cormoran top-model

Là, je me dis que pour couper un peu la suite de photos, un paragraphe serait de bon aloi! Me voici donc à écrire quelque chose, car, comme chacun le sait, un paragraphe se doit de comporter au moins deux lignes, sinon c’est une ligne, et pas un paragraphe !

Cascade à fleur de roche

Mâle otarie, fier comme Artaban

Otaries et leurs progénitures

Le jour suivant, nous irons ensuite à Ratmanoff, où nous retrouverons brièvement nos compères ornithos et Fred (Mécano Marin). partie de Trivial poursuite truquée (j’ai perdu!), coup de grâce au pavé, nuit rapide,

Le dernier jour, retour sur PAF, enlèvement des bottes, bonne douche, restitution du pavé à la bibliothèque et voilà!

Ma revanche sur mon Tour Courbet de Mars, où j’avais fini en miettes! Là, ça va 😉

Pointe Charlotte

Posted in Manips on 15/08/2011 by kerguelen2011jerome

Sortez hautbois ! Rangez musette ! Le retard est comblé ! Ca y est, je suis à jour dans mon blog ! (Clap clap clap) Merci, merci …

Voici donc la narration de ma dernière sortie en date, mi-juillet, sur la Pointe Charlotte, pour 5 jours de camping, avec vue sur la mer (à 20m de la côte, par marée haute), que dis-je, sur l’Océan Indien, commodités proches, sur l’itinéraire du tracteur, zoo environnant, et quant aux nombres d’étoiles, il y en a une infinité, toutes épinglées dans le ciel…

Soleil sur la péninsule

Au petit matin, une odeur vivifiante nous emplit les poumons : les algues s’échouent par vagues successives, forment des montagnes (oui, je commence à utiliser ce mot pour des trucs de plus en plus petits …), ou à tout le moins des tas de plus de 2m par endroit, et après ça hein ? Et ben ça composte, et pas comme les billets de trains…

Echouage d'algues

Eleph dans les algues

Les otaries, grognant comme des roquets lorsqu’elles estiment que l’on passe trop près d’elles, semblent surveiller la plage, telles deux maîtres-nageurs, ou sauveteurs, au cas où un éléph aille se baigner par une mer déchaînée 🙂 A quand un remix de Baywatch !

Otaries

Et voici notre emplacement de camping, délimité par les 4 cyprès (bon, un peu hors champ de la photo… un hors champ de 3400 km, si tant est qu’il y en ai à la Réunion … des cyprès, hein, pas des champs …). Au premier plan, la chambre. Au second, la salle à manger.

Tente et abri

Comme à l’accoutumée, la manip Popchat est intéressante, entre la chasse aux lapins, les relevés de cages et la capture des chats. J’ai vu des lapins se battrent, je ne savais pas que ça resssemblait à ça, deux lapins qui sautent dans tous les sens, sans forcément se toucher, juste à celui qui saute le plus haut (ou alors ils ne se battaient pas, et ils cherchaient vraiment à mesurer qui sautait le plus haut …).

Finalement, pour le retour, nous optons pour profiter de la vue du sommet du Bungay, après une dure ascension de cette … butte … (69 m). Ah, cette fois-ci, j’ai pas dis « montagne »!

Vue du Bungay

Bon, pour fêter l’évènement (le fait que je sois à jour), je vous encourage à boire une bière à ma santé (1664 ou dodo, nos seuls choix ici).

A la vôtre!

Val Studer

Posted in Manips on 11/08/2011 by kerguelen2011jerome

Le mois de Juillet arrive, l’hiver s’installe lentement, et avec lui les sortiess à l’extérieur de la base se font plus rares, mais aussi plus poussées. Chaque rare occasion de sortir est devenue une occasion en or dont on essaye de profiter au maximum. En l’occurence, je pars pour une semaine au Val Studer, avec Christophe (Popchat) et Matthieu (Informaticien). Pour le début de semaine, nous serons accompagnés de Francois (CNES), Alain (Météo) et JB (Médecin). Le trajet de la base jusqu’à la cabane de Val Studer se fait aisément, avec comme aventures la traversée de la Rivière du Sud et quelques souilles par-ci, par -là…

Rivière du Sud

Arrivée à Studer

Pour la première journée, nous profiterons d’être à 6 pour aller gravir le Crozier (gravir est un bien grand mot, et le Crozier un bien petit mont, mais hé, faut bien romancer, non ?). La neige est un présente sur les hauteurs, et je peux donc m’adonner à quelques sports d’hiver ne nécessitant pas trop de matos, à savoir luge sur les fesses, luge sur le dos, luge sur les côtes ….

De la neige sur les hauteurs

Le début de semaine voit arriver un temps plutôt sombre (et voit partir nos 3 compères du week-end…). Nous profitons quand même du temps qui nous est imparti pour monter sur le plateau avoisinant, à proximité des Montagnes Vertes, où nous pouvons admirer les lacs qui « meublent » la Vallée, et que nous longerons le lendemain, pour rejoindre Port Elizabeth.

Lacs depuis la Montagne Verte

Enfin, nous nous dirigeons vers le but principal de notre sortie : Port Elizabeth. Le but : cueillir des chats pour en retirer des informations génétiques, morphologiques et plein d’autres trucs de scientifiques qui finissent en -iques. La journée complète nous sera nécessaire pour effectuer l’aller-retour, tout en longeant le Val Studer, assurément l’un des endroits les plus « huppés » de l’archipel. Le paysage y est magnifique, tout encaissé entre deux grandes chaînes de montagne (quoique même pour les Limousins, ça reste juste des grandes collines !)

Le long du Val Studer

Au long du Val

Un peu de désolation dans ce monde de douceur

Au long du Val Studer : les souilles

Côté météo, le bon point est qu’il fait tellement froid que les souilles et les lacs sont gelés. Mais autant on ose traverser une souille, pas le lac …

La pêche au gros, mais très gros !!

Et finalement, nous arrivons à Port Elizabeth, où Christophe parvient à attraper un chat, nous pique-niquons (un casse-croûte, pas le chat…), et hop, on prend les mêmes et on recommence, mais dans l’autre sens !

Port Elizabeth

Au Nord Est du Val, un grand lac est prisonnier, le lac Margot. Nous monterons sur les Mamelles, qui surplombent le lac, avant de resdescendre et de traverser d’autres monts pour rentrer sur base.

Le chemin du lac Margot

Ah j’oubliais, et comme le site est pas très pratique pour changer l’ordre des photos, je mets ça là… Durant la montée sur le plateau, nous tombons nez à nez avec des rennes… de façon fortuites

« Y’a rien ici, des cailloux, de la mousse, des rennes …

– …

– Ah !!! Des rennes !!! »

A la recherche de rennes : Duo

A la recherche de rennes : Broutte cailloux

A la recherche de rennes : Solo

A la recherche de rennes : Quator (hautbois...)

A la recherche de rennes : Neuf .. heu ... Novator ??

A la recherche de rennes : Novator bis

Une jolie manip pleine de photos (merci Matthieu, celles qui ne sont pas floues, c’est les siennes…) et qui met en avant l’expression « par monts et par vaux »…

Rajout :

Je constate que j’ai oublié de mettre deux photos … Je corrige donc :

Une photo du tuyau d’eau, raccordé en amont à une rivière, mais qui n’a pu nous servir que le premier jour, il est resté gelé le reste du temps !

Tuyau d'eau gelée

Ainsi qu’un coucher de soleil, comme indiqué dans la légende …

Coucher de soleil dans la Vallée

Bon, faut pas chercher la chronologie dans l’histoire, ni dans les photos, ni même pourquoi je mets des majuscules à Vallée et pas à soleil, enfin bref, je me pose sûrement autant de questions que vous ??!!

Morne (Popchat)

Posted in Manips on 06/08/2011 by kerguelen2011jerome

Comme convenu lors de ma précedente sortie, je pars donc à Morne rejoindre Christophe (Popchat) déjà en place, accompagné de Thomas et Kévin, les deux ornithos (les mêmes qu’à Pointe Suzanne). De suite, le trajet, bien que commençant par le même tronçon, est bien différent du trajet de Pointe Suzanne : la faute à la neige bien sûr :

La Roche Phonolithe sous la neige

La Roche Phonolithe par beau temps

Bien entendu, cela ne nous empêche pas de profiter des merveilles du décor : la neige est au sol, mais le ciel est au bleu, ce qui nous offre un beau panorama le long de la Baie Norvégienne

Sea, sun ...

Pour la première fois depuis que je suis sur l’île, j’aurais l’opportunité de voir notre Popchat capturer et travailler sur un chat. Tout y passe, les mesures des pattes, de la tête, des dents, des testicules, la couleur, j’en oublie encore…Mais il est aussi pesé et collié (on dit bien bagué quand on met une bague à un oiseau, je suppose donc que le verbe pour un collier est … collier ??).

Le grand atout de ces manips Popchat, c’est qu’elles nous permettent de sortir tous les matins, pour aller voir si des chats ont été capturés durant la nuit. Parallèlement, les ornithos continuent d’observer les oiseaux (hé, en même temps, c’est leur boulot !), mais le gabarit change… On est passé des petits cormorans aux grands pétrels géants et aux albatros hurleurs… Tout de suite, la comparaison avec des dinosaures, genre ptérodactyles, semble plus approprié  qu’avec un rossignol ou un rouge-gorge …

Pétrels géants à terre

Poussin d'albatros

Encore des pétrels géants (cracous)

Bon, j’aimerai pouvoir en dire plus sur ces oiseaux, genre je connais leur espèce, leur place dans la chaîne de l’évolution, leur signe astrologique ou leur jeux de cartes favoris, mais mon savoir est mince comme une tranche de saucisson dans un sandwich SNCF. D’où mon invitation à consulter Wikipédia si vous voulez plus d’infos…

Et pour finir sur une plus belle note, un joli ptit coin (avec le Mont Peeper, isolé, au beau milieu de la péninsule) ??

Jolie vue (enfin bon, après, les goûts et les couleurs...)

 

Pointe Suzanne

Posted in Manips on 17/07/2011 by kerguelen2011jerome

Et donc le destin en décide autrement. Ma foi, je l’aide un petit peu aussi … En ce début de Juin, j’accompagnerai donc Thomas et Kévin (leurs blogs sont sur la droite), nos deux ornithos, sur Pointe Suzanne, une presqu’île proche de la base, pour aller voir les populations de cormorans. Le terrain est agréable, mais à un point !! Pas de caillou pointu qui fait mal aux pieds, pas de souilles où la botte se fait aspirer, pas de lacs intempestifs où l’on se rend compte qu’il faut faire demi-tour pour le contourner. Et en plus le soleil est au rendez-vous, avec une légère brise (enfin tout est relatif…) pour rafraîchir les randonneurs pédestres que nous sommes! Nous arrivons tranquillement donc à la cabane, déballons nos affaires, prêt à passer 3 jours de beaux temps, et nous repartons directement voir les intéressés! Bon là, je me rends compte que je n’ai pas de photos des cormorans, ah bah oui, j’ai oublié d’en prendre, j’avais déjà les jumelles à la main, pour essayer de lire les numéros sur les bagues que certains des cormorans portent. Ces bagues (DARVIK, d’après le nom de leur inventeur peut-être, un suèdois alors ??!) permettent de reconnaître l’oiseau et de le suivre au long de sa vie, certains sont bagués dès le nid, et les ornithos peuvent ainsi connaître l’arbre généalogique de certains individus, si leur aïeul était aussi bagué!

La soirée tombant, nous rentrons donc à la cabane, dormons au chaud dans nos duvets (brrr, fait quand même un peu froid non?!) et au réveil, ah ben tiens, y’a neigé !! Je me rattrape donc avec une photo de mon oubli de la veille ! La cabane est en effet située à côté d’une colonie de papous et des éléphants de mer sont venus s’affaler comme des mer… veilleuses bestioles devant la cabane !!!

Elephs et papous de Pte Suzanne

Quoi encore ?? On voit pas assez les papous ? Bon OK OK, je me lève, et je me rapproche de la colonie !! Pfiou, c’est exigeant un blog quand même !!

Quelques manchots papous

 

Papou en gros plan

Le même, en moins gros plan

Le même, mais où ?? 🙂

Pendant ce temps, mes acolytes ont repéré une piste de luge qui nous occupera jusqu’à l’après-midi. Oui, j’oubliais, les cormorans partent pêcher en mer toute la journée, nous ne pouvons donc les dénombrer qu’à la fin de la journée, ce qui fait que nous avons pas mal de temps libre le reste du temps. Quand vient l’heure de retourner bosser, une tempête de neige se déchaîne, nous restons stoïques, fiers, refusant de céder … Mais bon faut pas pousser, après 10 minutes, ça ne se calme pas, et nous rentrons donc à la cabane… Bien sur, une fois à l’abri, la tempête s’arrête et laisse place au soleil … Rebelotte, et dix de der, on y retourne, le travail est harassant (non, j’déconne)!!

Comme je suis un très bon ornitho, Thomas et Kévin me proposent de les accompagner aussi à Morne la semaine prochaine …

Bon en fait non, j’irai pour la mission du popchat, et les ornithos viendront nous rejoindre. Mais je suis un bon ornitho hein ?! Hé, aujourd’hui, j’ai même pas confondu un gorfou et un cormoran !! Je progresse !! 🙂 (Expl : Lors du tour Mayès où nous devions compter les gorfous, j’ai compté 3 cormorans qui, de dos, ressemblaient quand même franchement à des gorfous !!)